Partez en direction du cap Horn sur les terres légendaires d’Argentine

le cap Horn (Cabo de Hornos en espagnol), est le site le plus austral de l’Amérique du Sud, à un peu plus d’une centaine de kilomètres au sud-ouest de la ville argentine d’Ushuaïa.

Le cap Horn est actuellement devenu une destination touristique prisée où il est possible de se rendre par voie maritime de septembre à avril. Des navires de croisière s’y arrêtent désormais souvent afin de faire découvrir ce lieu d’exception aux visiteurs de passage. C’est une pointe de terre dont l’histoire est fascinante.

La découverte du cap Horn au 16 ème siècle

C’est d’abord Francis Drake, explorateur anglais, qui découvrit par hasard une île solitaire située au large des côtes chiliennes en 1578 durant une expédition en mer et une route maritime encore inexplorée. Sa découverte prend alors le nom de passage de Drake mais reste sans suite, car les bateaux préférèrent toujours emprunter le détroit de Magellan à cette époque. C’est lorsque que le commerçant hollandais Jacob Le Maire explore plus minutieusement les limites des terres d’Argentine qu’il découvre un bout de terre aux reliefs impressionnants s’avançant dans la mer en 1615. Cet endroit prend alors le nom de cap Horn en hommage à l’un des deux navires affrété par les responsables de la ville de Horn située en Hollande et c’est en 1624 que les géographes distinguent qu’il s’agit d’une île.

Une route commerciale entre les continents

Au lieu de passer par le détroit de Magellan ou par le cap de Bonne-Espérance, la route maritime traversant le cap Horn pour se rendre d’un océan à un autre permettait de raccourcir un trajet. Cependant, les conditions difficiles de navigation dans ces eaux rendaient les traversées dangereuses. Toutefois, cela n’empêcha pas les navires marchands d’atteindre l’Europe, l’Amérique et l’Asie et faire du commerce d’épices, de soies et de bien d’autres denrées. Désormais, ce sont uniquement les courses à la voile sur de longues distances qui poussent les navigateurs actuels à franchir ce cap.

Une zone de navigation toujours périlleuse

Il est toujours difficile de naviguer dans les eaux du cap Horn, car la latitude et à la configuration géographique de cette île en fait une zone à risque pour toutes les embarcations s’y aventurant. Mais heureusement, au fil des décennies et des nombreuses études effectuées par les explorateurs et scientifiques, c’est lors du printemps et de l’été qu’il est possible de s’y rendre sans courir de danger en mer. En débarquant sur l’île Horn, les visiteurs peuvent admirer une faune et une flore exceptionnelle. Il est également possible d’observer le monument aux morts symbolisant un albatros en vole qui s’y trouve en mémoire des nombreux marins qui ont perdu la vie dans ces eaux. Sinon, dans les îles qui se trouvent aux environs du cap Horn, des hébergements sont en mesure d’accueillir les touristes de passage.

 

Népal : admirez la puissance de l’Everest
Découvrez le Yukon et le grand nord canadien : une nature authentique