Népal : admirez la puissance de l’Everest

Petit pays enclavé entre la Chine et l’Inde, le Népal profite de la puissance de l’Everest. Ce dernier est en effet accessible soit de la Chine, soit du Népal. Mais ce second circuit est plus beau et moins peuplé. En plus d’être le plus haut sommet du monde, c’est aussi le plus dangereux. Sa puissance est donc à double tranchant.  

Le plus haut sommet du monde

S’élevant à 8 848 mètres, l’Everest est un lieu sacré pour les Népalais. Outre ce sommet culminant, plusieurs petits sommets de 8 000 mètres se situent également à ses pieds. En plus de l’altitude impressionnante, il faut savoir que les conditions climatiques de l’Everest sont polaires. En janvier, les températures sont de -36°C et pouvant descendre jusqu’à -60°C. En été, la température la plus chaude est de -19°C. En général, la saison la plus prisée pour grimper l’Everest est le printemps. L’escalade guidée est aujourd’hui la plus fréquente. Cela permet d’assurer la sécurité des grimpeurs grâce à la présence d’un guide professionnel. Ce dernier aide également les participants dans le choix de l’équipement nécessaire et vérifie les aptitudes physiques de chacun pour éviter les accidents en cours de route.

L’ascension de l’Everest depuis le Népal

L’ascension par l’arrête sud-est commence par un trek jusqu’à un campement de base situé à 5 380 mètres. En raison de l’importance de la montée, plusieurs camps de ce type sont répartis jusqu’au sommet. Ensuite, les expéditions partent de Katmandou jusqu’à Lukla et passent par Namche Bazar. Un autre camp est prévu après cette étape. La montée totale, depuis votre arrivée à Katmandou jusqu’à la dernière étape au point le plus haut du monde, prend environ 60 jours. Ce délai compte les séjours dans les camps qui peuvent aller jusqu’à 10 jours par étape. Cela permet aux grimpeurs de s’adapter lentement à l’altitude, mais aussi d’éviter les fortes variations de température et de se préparer à la prochaine ascension.

Le revers de la puissance de l’Everest

Malheureusement, l’Everest est aussi connu comme étant le massif le plus pollué du monde. En raison du manque de la forte quantité de touristes et de leur manque d’hygiène, les déchets du mont Everest sont aussi célèbres que la montée en elle-même. D’autre part, pour le gravir, même avec une grande volonté et une capacité physique incroyable, il faut beaucoup d’argent. La montée peut coûter jusqu’à 60 000 dollars (équipement, frais de guidage, droit de passage, etc.). Enfin, l’ascension de la plus haute montagne du monde n’est pas aussi amusante qu’il n’y paraît. C’est un grand défi avec un danger de mort quasi-permanent. Tous les ans, plusieurs touristes y perdent la vie. Certains tombent dans les gouffres ou les crevasses entre les glaciers, d’autres ne supportent pas les températures extrêmes ou ont le mal de l’altitude.

Découvrez le Yukon et le grand nord canadien : une nature authentique
Peter Island : les îles vierges britanniques