La plage Rouge de Panjin : un endroit époustouflant

La plage rouge de Panjin est sise non-loin du fleuve Liaohe. Parsemée d’algues vertes visibles au printemps et en automne, elle acquiert rapidement une teinte rouge et crée un panorama magnifique et mirifique. Les touristes viennent visiter cet endroit spectaculaire qui est vraiment éblouissant et que vous vous plairez à contempler. Voici un autre détour à ne pas manquer une fois en Chine.

Une plage unique en son genre

Cette plage rouge est en fait un lieu humide étendu sur 300 000 hectares. Ainsi que précisé, vous la retrouverez dans le delta de la Liaohe. En fait, il s’agit d’un marécage qui borde ce fleuve. Si le cœur vous en dit, vous pouvez visiter ce lieu en traversant le chemin qui se trace sur les pilotis. Un parc doit même son nom à cette plage d’une beauté sans pareille. Les ruisseaux tentent de se frayer un chemin entre les roseaux. Le rendu est juste spectaculaire. Prenez soin d’immortaliser ces moments à travers des photos uniques.

Une algue spéciale

Comme vous le savez, cette plage doit sa couleur à cette algue quelque peu particulière. Elle est connue sous le nom de « Saueda Salsa ». C’est un végétal rouge vif plus qu’étonnant. Quoiqu’elle ne garde pas cette teinte spécifique pendant l’année. Certes, cela dépend également des saisons. Toutefois, si vous tenez absolument à voir ce spectacle faisant la renommée de Panjin, rendez-vous sur les lieux en automne. C’est à ce moment précis que cette algue prend cette belle couleur Bordeaux. Elle pousse d’abord au printemps, mais en cette saison, elle affiche une teinte verte. Ainsi, il vaut mieux vous y rendre entre Septembre et Octobre.

Un écosystème riche et subtil

Certes, la couleur de cette plage fascine, mais ce n’est pas l’unique élément à prendre en compte. Notez que ces marécages uniques cachent une biodiversité riche et des oiseaux exceptionnels. Vous y croiserez différentes races. En vous rendant à Panjin, plus précisément sur cette plage, vous trouverez jusqu’à 260 espèces. La grue à couronne rouge fait partie des oiseaux à ne pas rater. La faune pullule aussi dans les environs. Néanmoins, sachez que certaines espèces sont en voie de disparition. Fort heureusement, la Chine a mis en place un programme de préservation du site qui a pris ses origines en 1980. Ainsi, si les touristes veulent accéder à cette réserve protégée, ils doivent le faire depuis les pilotis. En outre, ils ne peuvent voir qu’une partie limitée du parc.

 

Bali : l’île aux mille visages
Salar d’Uyuni : un désert de sel en Bolivie qui fait le bonheur des photographes !